J'avais promis à Carine que mon premier article sur un album jeunesse serait pour l'un de ses livres. Cette promesse date d'il y a un an, mais je la tiens quand même !

En ce lundi de Pâques, voici un livre de saison :

un repas chez les lapins de paques

 

Je crois que si je devais définir ce livre avec un mot, ce serait la douceur. Tout est doux : le papier utilisé pour les pages et la couverture, les couleurs, les dessins d'Elise au crayonné un peu apparent, les mots de Carine. Même dans les personnages, pas de "méchant", pas de petit défaut, c'est un monde tout doux et tout gentil adapté aux plus petits.

 

Gabin le lutin est invité, ainsi que sa cousine Amelia la sorcière (que l'on retrouve dans un autre album sur le thème de l'automne), chez les lapins de Pâques. Au déjeuner, des carottes bien sûr ! Mais Gabin décide de les agrémenter un peu.

Le repas est joyeux, jusqu'au moment tant attendu de la recherche des oeufs de Pâques : ils ont disparu ! Un drame pour tout enfant, même lapin.

 

Difficile de donner l'avis de mon fils, il adore les lapins donc le livre lui plaît forcément, mais il est un peu petit pour l'histoire, elle est encore trop longue pour lui, il n'a pas la patience d'écouter autant de texte sur chaque page. Mais il n'a que 2 ans, on réessayera dans quelques mois ! En attendant on regarde surtout les images et je lui résume l'histoire.

 

On trouve au fil des pages différentes "recettes" : je mets le mot entre guillemets car ce n'en sont pas vraiment et c'est peut-être ce qui me plaît le moins dans le livre. J'aime bien celle des oeufs-poussins et je pense que je pourrai le refaire avec mon fils, même si c'est de l'assemblage et non une recette. En revanche, une page sur l'omelette, c'est peut-être un peu beaucoup (c'est d'ailleurs une des pages que mon fils tourne le plus vite), car pendant ce temps-là il ne se passe pas grand chose pour l'histoire. Quant à la "véritable recette des oeufs de pâques", bon, faire fondre du chocolat pour mettre dans des moules, j'y aurais pensé toute seule. C'est sûr qu'on ne pouvait pas partir des fèves de cacao, mais disons que je trouve qu'il y a un peu trop de "pub" autour de cette "recette" : c'est ce qui est mis en avant sur le site de l'éditeur, et c'est là-dessus que termine l'histoire (c'est un coup à devoir faire fondre du chocolat à chaque fois qu'on lit le livre, ça !).

Mais je sais que c'est la ligne éditoriale des éditions La Palissade : il faut de la cuisine et des recettes dans chaque livre.

 

En-dehors de ce petit bémol (qui ne gêne en rien la lecture de l'histoire), j'aime beaucoup cet album :)

Si le gnome grandit assez d'ici l'Automne, on achètera sans doute l'aventure d'Amélia la sorcière, pour compléter la série.