Un petit roman jeunesse reçu en specimen dans mon casier au collège, il y a déjà un bout de temps :

suivez-moi-jh

 

L'histoire

Les vacances de Noël de Thomas s'annoncent moroses : tous ses amis sont partis skier, y compris Mia, sa meilleure amie. Mais un nouveau voisin va tout changer : un vieil homme qui réquisitionne Thomas pour l'aider à défaire ses cartons tout en parlant de résistance avec des mots plus bizarres les uns que les autres... Thomas est loin de se douter que fréquenter ce personnage étrange va changer un certain nombre de choses dans sa vie !

 

Les premières lignes

"La concierge est dans l'escalier", indique un panneau scotché au carreau.

Seulement voilà, ce panneau, Christina l'utilise en toutes circonstances, même quand elle n'est pas dans l'escalier.

Ça l'amuse, sans doute.

Sauf que moi, à ce moment précis, je n'ai pas du tout envie de m'amuser !

Je sais qu'il n'est pas en panne, ce maudit ascenseur, car j'ai remarqué un camion de déménagement devant la porte de l'immeuble et c'est sans doute pour ça..."

 

Mon avis

J'ai d'abord été séduite par l'entreprise de ce roman : rendre hommage à Bernard Pivot en utilisant ses 100 Mots à sauver (ouvrage paru en 2004). Et en effet, le livre est ponctué de ces mots anciens, plus ou moins soutenus, plus ou moins imagés, mais qui ont presque tous cette résonnance exotique des mots que l'on n'emploie plus (même si évidemment au fil de mes lectures j'en ai déjà croisé un certain nombre, il y en a quand même certains que j'ai découverts). On passe de l'Académie au slam, d'une génération à l'autre, montrant que l'amour du langage peut réunir des personnes très différentes.

Pour l'histoire, elle mêle à peu près tout ce qui peut parler aux ados que sont nos élèves, tout en faisant passer un message de tolérance, d'acceptation de soi-même et des autres,... Ce roman a d'ailleurs reçu un certain nombre de prix notamment collégiens (5, à en croire la liste au début du livre).

En tant que lectrice plus-tout-à-fait-ado (le premier qui répond "sans blague" sera lapidé à coup de livres en place publique), j'ai été un peu dérangée par l'écriture, dont le style me semblait très enfantin. Alors oui, bien sûr, c'est fait exprès, mais j'avais l'impression que le narrateur était très jeune alors que d'après mes estimations il doit être avoir entre 13 et 15 ans). De plus, on sent la fin venir dès le début, il n'y a guère de suspense (mais encore une fois, sans doute qu'un élève de 6ème aura une lecture très différente). D'autre part, la prof en moi s'est longuement interrogée sur la place de ce roman dans les programmes, sachant qu'il est conseillé pour la classe de 6ème et qu'à mon sens, ce n'est ni un conte ni un texte portant sur l'Antiquité, je ne vois pas dans quel objet d'étude je pourrais faire entrer ce livre. Ce qui n'en enlève pas l'intérêt pour des élèves de 6ème, attention, c'est juste que je n'ai pas le temps de faire du hors-programme.

Ce roman reste néanmoins une jolie histoire sur l'amitié, le langage et son évolution, la différence... Avec un message positif et ce n'est plus si fréquent dans les productions destinées aux ados (je pense notamment aux jeux vidéos...), à mettre entre toutes les petites mains donc !