Je ne lis presque jamais de thrillers, mais ça devient presque une habitude en ce moment ! Enfin, cela ne me dérange pas, j’aime bien ce genre même si je suis une peureuse… Cette fois, il s’agit d’une lecture commune avec de nombreux troublés.

Je ne connaissais pas du tout l’auteur, mais ce roman avait été conseillé par Stephie, et le résumé m’attirait : encore une fois, je partais confiante.

la rédemption du marchand de sable

L’histoire

Eddie Whitt était un mari et un père heureux, jusqu’à ce que sa petite fille de 5 ans soit assassinée et que sa femme devienne folle. Depuis cet événement, soit cinq ans, il traque sans relâche le tueur en série, puisque la police et le FBI n’avancent pas. Il rêve de tuer l’assassin de ses propres mains, mais pour cela, il faut déjà le trouver. Mais voilà que le tueur change et donne maintenant aux familles de ses victimes des enfants maltraités enlevés à leurs parents. De plus, le tueur a décidé de communiquer avec Eddie, en lui envoyant de longues lettres tourmentées.

Mais Eddie est l’un des seuls à ne pas vouloir pardonner et à ne pas vouloir, ni pouvoir, oublier son désespoir et sa vie gâchée par celui qu’il a nommé Killjoy…

 


Les premières lignes

"Dans sa lettre, Killjoy disait :

Les mots sont inadéquats ; pas les dents.

Les incisives ne sauraient mentir. Si je les pressais dans la cire, le papier, le poisson ou la chair, le sens de mon discours t'apparaîtrait - avec les contraintes que lui impose la forme -, mais aussi, par-delà l'évidence, le moindre fait trivial, isolé dans son contexte. Les mots sont insuffisants, voire inapplicables, pour qui cherche à communiquer la substance du vrai (du modeste) soi."

 

Mon avis

Comme je l’ai dit tout à l’heure, je partais confiante en ouvrant ce roman. Mais ma confiance n’a que peu duré, car finalement j’ai peu apprécié cette lecture. L’histoire est certes prenante, on a envie de connaître la fin, l’identité de l’assassin, les raisons de ses actes,…

Mais j’ai eu beaucoup de mal avec l’écriture du livre. Tout n’est que folie(s), je n’ai réussi à me raccrocher à rien, à m’identifier à aucun des personnages. Même en lisant du fantastique ou de l’irréel, j’arrive à imaginer les choses, à avoir de l’empathie pour les personnages, mais là je n’ai pas réussi, malgré toute la bonne volonté du monde. Je me suis vite retrouvée perdue, le livre ne m’a pas emportée et lire les lettres de Killjoy a été une torture car je n’y ai vraiment trouvé aucun sens (j’imagine qu’il y en a un, pourtant, mais bien caché alors), mais par principe je n’ai pas réussi à les passer. Idem pour les discours de la mère au début.

Même avec la fin, je n’ai pas compris un certain nombre de choses, notamment la maison de poupées, les raisons du changement de l’assassin, le rôle de Ted,…

En conclusion, même si l’histoire m’a intéressée, j’ai été très déçue par cette lecture à laquelle je suis restée hermétique.