Comment ne pas commencer ce blog avec ce roman...

elle-s-appelait-sarah-tatiana_de_rosnay

J'ai lu ce roman un peu par hasard : j'ai reçu au lycée un fasicule de l'éditeur présentant le roman et le film, qui sortait dans l'année, parce que cela rejoignait le programme de 2nde (oui, je suis professeur de Français, et j'avais des 2ndes cette année-là). Je n'ai pas pu faire étudier le livre à mes élèves, nous avions déjà traité le sujet, en revanche ce fut un véritable coup de coeur...

 

L'histoire

Comme le suggère la quatrième de couverture, il n'y a pas une mais deux histoires intriquées. La première, dans le roman comme dans la chronologie, se déroule en juillet 1942. La seconde, soixante ans plus tard, en mai 2002.

Le lien entre les deux ? Julia Jarmond, journaliste américaine vivant à Paris, qui se trouve devoir rédiger un article sur la Raffle du Vel D'Hiv'. Comme beaucoup de personnes, y compris françaises, Julia ignore tout du Vel D'Hiv, des événements et de leurs significations. Elle se lance donc dans des investigations, tout en gérant au mieux sa vie personnelle mouvementée entre son mari, sa fille, un déménagement.

Pendant ce temps, si je puis dire (car c'est l'impression que donne le roman, les chapitres étant alternés, mais 60 ans séparent les deux histoires), la petite Sarah est déportée avec une partie de sa famille. Seul son petit frère reste à Paris puisque, persuadée qu'elle pourrait venir le rechercher rapidement, elle l'a enfermé dans un placard caché et a emporté la clé avec elle. Comment une petite fille juive pouvait-elle imaginer ce qui allait lui arriver une fois que la police aurait frappé à la porte ? Dès lors, une seule chose l'obsède : revenir à paris et délivrer son petit frère qu'elle imagine avoir faim, soif, et peur dans le noir.

Deux histoires donc éloignées au départ, mais qui se révèlent intriquées d'une façon surprenante, pour finalement souligner l'impact que peut avoir une page du passé sur la vie de plusieurs personnes quelque soixante ans après.

 

Mon avis

Ce roman fut un véritable coup de coeur, peut-être le plus fort pour moi pour l'instant. Je ne suis pas friande des romans historiques en général mais celui-ci ne se limite pas à cela, loin s'en faut. Les deux histoires sont captivantes et c'était chaque fois un déchirement de quitter une héroïne pour retrouver l'autre à chaque changement de chapitre (changement qui intervient bien sûr toujours à un moment crucial de l'histoire). Mais l'auteur ne s'est pas contentée d'écrire deux histoires indépendantes et d'en alterner les épisodes, comme on le voit dans certains romans. L'imbrication des deux intrigues a un sens véritable, le passé surgit dans le présent et va profondément changer la vie entière de Julia. Et on aimerait vraiment que l'inverse soit possible et que le passé puisse être effacé.

Tatiana de Rosnay sait captiver son lecteur et lui rendre la tâche difficile quand vient le moment de fermer le livre. D'ailleurs, depuis, j'ai acheté et lu tous ses romans. J'ai également fait lire ce roman à tout mon entourage, qui a unanimement apprécié. Donc, si ce n'est pas encore fait... précipitez-vous chez votre libraire préféré, et lisez-le !

Attention, la couverture a changé depuis la sortie du film :

elle-s-appelait-sarah

Le film

J'ai voulu regarder le film, mais l'occasion s'est présentée longtemps après avoir lu le livre. J'avais donc déjà oublié certains détails, tout en ayant en tête les intrigues et leurs éléments principaux.

Je ne suis sans doute pas objective, mais je suis toujours déçue par les films tirés des livres. Comment pourrais-je y retrouver tout ce que j'ai imaginé, toutes les pensées retranscrites des personnages, toutes les subtilités de l'écriture ?

Évidemment, le principal de l'histoire se retrouve tout de même dans le film, même s'il manque pour moi certains détails essentiels.